Potager de l'année

# 2024

Le 12 juillet Semis en mottes de choux, betteraves et carottes.
Globalement la météo ne permet pas d’avoir un potager foisonnant.

Le 23 juin six graines de courges semées, les escargots et limaces ont eu raison des jeunes pousses.

Le 21 juin Six pieds de fèves arrachés (miam), huits courgettes semées et nouvelle couche de paillage sur l’ensemble du potager.
Quelques poireaux installés sur une bande.

Le 20 juin Après un gros orage et de très fortes pluies le 19, les limaces et escargots ont fait de gros ravages dans les courgettes.
Les fêves quant à elles sont arrivées à maturité. Un festin simple pour le midi.

Le 10 juin Mis en terre de trois betteraves et six pieds de courgettes

Le 06 juin, Semis de dix maïs, huit courges

Le 22 mai Plantation de douze pieds de tomates, deux choux kale, six rouges, six mizuna.

Le 17 mai Ajout de paillage sur les pommes de terre, léger désherbage sur l’ensemble du potager.

Le 13 mai je viens planter six choux kale hallboher, ainsi que trois pieds d’aubergines achetés dans le commerce.

Le 08 mai l’ancien poulailler au centre a été retiré au profit d’un carré potager. Les lentilles sont éclaircies et je tente un semis de pois-chiches.

Le 02 mai j’ai entièrement recouvert le potager avec la fauche du mois d’avril.

Le 22 avril Semis de melons, courges, choux mizuna, kale hallboher, blue scotch, cabus, de bruxelle, courgettes rondes et vertes. Repiquage des tomates et semis de gauras, nigelles et bleuets.

Le 19 avril Semis de maïs, fleurs et pois.

Le 18 avril Plantation de brocolis et création d’une nouvelle zone pour six fraisiers.

Le 12 avril Plantation de pommes de terre, de betteraves et choux pak choï. Semis de choux et de betteraves.

Le 11 avril Du paillage d’herbe pour les fraisiers et la zone à pommes de terre. Semis de lentilles, sarasins, fèves et pois

Le 11 avril Du paillage d’herbe pour les fraisiers et la zone à pommes de terre. Semis de lentilles, sarasins, fèves et pois.

Le 8 avril du paillage en copeaux de bois apporté sur le potager.

Le 24 mars je sème, dans un carré, deux lignes de fêves, une ligne de mibuna, deux lignes de carottes/radis. Douze betteraves, quatre choux pak choï et seize tomates semées en mini-serre.

Le six mars Je prépare deux bandes pour les fêves et les petits-pois, trois autres sont préparées pour les futures cultures de pommes de terres ainsi que celles d’épinards et de mibunas.

Le cinq octobre la fauche d’herbe entame son dernier tour de piste avant le froid. J’ai utilisé ce que j’avais fauché pour recouvrir l’ancienne zone à courgettes sur une bonne vingtaine de centimètres.

Le huit octobre les fraisiers ont été taillés puis transplantés pour accueillir six nouveaux pieds. Toujours un moment délicat où j’ai l’impression qu’ils vont dépérir.


# 2023

En y regardant de plus près vous y découvrez un terrain rectangulaire bordant une maison individuelle. En son centre se trouve un potager circulaire. On peut également y apercevoir les vestiges de l’ancien potager à la bordure Est du terrain, près des haies de cyprès et du champ agricole.

Un ancien potager rectangulaire, première expérience de la terre.

Le potager actuel est circulaire, en son centre une mini-serre et, tels les pétales d’une fleur, plusieurs planches de cultures parcours l’arc de cercle.

La terre a été retournée à la houe, bien sûr cela m’a pris plus de temps, mais je pense que j’y suis gagnant par rapport à un passage de tracteur ou motoculteur. La terre est bien souple et aérée sur une bonne moitié de la surface, car cette surface accueillait avant deux ans de coupes de haies, d’herbes et déchets verts. La deuxième moitié n’avait jamais été travaillée, le premier retournement fût un peu laborieux, surtout que c’était ma première fois avec une houe et qu’il fallait prendre le temps de trouver le geste pour ne pas forcer comme un boeuf sur le dos.

Terre retournée donc, un quart est pour le moment toujours à l’état sauvage, il va falloir que je m’y attèle rapidement.

Les graines sont arrivées, commandées à un grainetier du coin (La Ferme de Sainte-Marthe), d’autres échanger avec un collègue. J’étudie les associations possibles, ce qui ne faut pas mettre à côté.

Le onze septembre, les pieds de maïs sont une réussite pour une première fois. Tous ont produit.

Le dix septembre huit tomates.

Le deux septembre cinq tomates.

Le vingt-six août, six tomates, quarante tomates cerise, deux courgettes rondes et trois aubergines.

Le vingt-quatre août dix tomates.

Le vingt-trois août une courgette jaune.

Le vingt août trente-cinq tomates et trois courgettes rondes.

Le dix-sept août une dizaine de tomates cerises et deux rouges.

Le seize août quatre courgettes vertes.

Le quatorze août quatre tomates (deux rouges, deux vertes)

Le treize août trois courgettes jaunes ramassées et dix tomates (deux vertes, deux rouges, six cerises).

Le dix août sept courgettes (deux jaunes, trois vertes, deux rondes) ainsi que quatre aubergines (deux blanches, une noire, une classique). Un peu de desherbage et dencouverture du sol.

Le premier août deux courgettes jaunes, une ronde et une verte.

Le vingt-neuf juillet deux courgettes rondes et une jaune, ainsi qu’une première tomate bleue.

Le vingt-six juillet est un grand jour. Première tomate (verte)!!!

Le vingt-cinq juillet une courgette verte et cinq fraises.

Le vingt-trois juillets encore deux courgettes.

Le vingt juillet trois courgettes ramassées, deux poupées de maïs repérées et deux bandes faites à la faulx en profitant de la fraicheur du matin.

Le dix-sept juillet cinq courgettes ramassées et une première aubergine qui arrive à maturité dans quelques jours.

Le quatorze juillet les premières barbes de maïs arrivent !

Le dix juillet les tomates commencent à arriver en nombre. Deux courgettes jaunes ont été ramassées ainsi qu’une dizaine de gousses de fèves.

Deux betteraves ont également été ramassées. Le mélange de fleurs à coccinelles est magnifique et remplit son rôle à la perfection.
Le six juillet j’ai repris la faulx pour avancer sur le paillage, celui fait pour le maïs est maintenant assez sec pour l’installer.

Le quatre juillet la première betterave est ramassée ainsi qu’une courgette ronde, une verte et une jaune. Les fèves commencent à pointer le bout de leur nez.

La zone à petit-pois a été nettoyée et j’y mettrai prochainement du chou kale (que je dois lancer en motte dans les prochains jours) Le trente juin les deux premières courgettes de l’année ont été ramassées. Une jaune et une verte. Pour essayer de bien faire les choses je ne les ai pas arrachées par torsion comme les années précédentes, mais coupées à la base au couteau. J’ai aussi trouvé un peu de temps pour me faire une demi-heure de fauche le matin afin de récolter de l’herbe fraiche pour la couverture du sol.

Le vingt-six juin les tomates sont attachées aux tuteurs et les premiers fruits arrivent tranquillement. J’ai coupé les stolons des fraisiers et quelques graines de courges ont été mis en terre. Prochaine étape le paillage de la zone maïs-haricots-courges. Les haricots sont d’ailleurs formidables, s’accrochant méthodiquement aux pieds de maïs.

Il reste un seul pied, caché dans les engrais verts, qui a utilisé ces derniers pour se hisser vers la lumière. Le dix-neuf juin les petits-pois ont été ramassés, grande satisfaction car ils ont poussé dans une terre non-couverte et sans apport d’eau de ma part. J’avais semé une dizaine de graines et la récolte nous a permis de faire un super guacamole de petit-pois avec un chili.

J’ai également profité d’être dans le potager pour confectionner un claustra maison pour protéger les framboisiers du soleil. Les pieds sont exposés presque toute la journée et ce n’est pas terrible. J’ai alors utilisé des branches de peuplier pour le fabriquer. Quatre grosses branches comme pieux puis des plus fines, plus flexibles, serpentant entre les grosses. Le seize juin j’ai désherbé un peu le long de la planche de betterave et dans la zone maïs-haricots-courges. D’ailleurs je pense couvrir de fauche l’ensemble de la zone en début de semaine. Les courges sont assez grandes maintenant pour ne pas les perdre.

Les betteraves grandissent et des semis qui n’avaient pas encore pris semblent dorénavant vouloir grandir entre leurs soeurs déjà bien installées. Le maïs continue de grandir, les haricots commencent également à prendre de l’ampleur et les courges semées entre les pieds ont toutes germées.
Les artichauts commencent à être en fleurs alors j’en récupère deux et en laisse quelques-uns s’épanouirent.
Le quinze juin j’ai désherbé la zone à fêves et mis de la fauche séchée en couverture du sol. Des petits-pois ont été ramassés et c’est un véritable régal. J’avais un peu peur, vu l’expérience de l’année dernière, que les courgettes ne parviennent pas à être fécondées. Au vu des premières qui poussent je ne pense pas avoir ce problème cette année. Les tomates progressent bien et je suis toujours aussi surpris de la puissance de rétention d’eau avec un sol couvert. Elles n’ont pas eu d’arrosage depuis une semaine et sont magnifiques, sachant que le seul arrosage qu’elles aient eu venait d’une pluie d’orage bien abondante (~20 à 30mm).

Le neuf juin sonne le jour de la première récolte de pommes de terre sur gazon. Deux pieds enlevés et une bonne dizaine de pommes de terre, calibre petit à moyen. Grande satisfaction vu la qualité du terreau. Grande satisfaction également vu le temps d’entretien (rien du tout sauf un peu d’arrosage la première semaine). J’ai également profité de la lourdre fraicheur ventesque du jour pour aller faire le tour des faussés et récupérer un peu de fauche. J’en ai remis une couche sur les courgettes, les tomates ainsi que sur la future zone à choux.

Le cinq juin je fais un petit bilan des cultures:

Le bac à carottes, rempli avec la terre du précédent potager demande un peu de boulot, car beaucoup d’adventices s’y épanouissent un peu trop. Le deux juin le maïs fait une quinzaine de centimètres alors les haricots sont semés aux pieds et des courges dans les interstices (technique de la milpa). Quelques courgettes en godets ont été repiquées dans le potager. Cela fait donc une dizaine de pieds.

Le vingt-quatre mai treize pieds de tomates ont été mis en terre, bien paillés. Les choux ont déjà bien levé (vingt-quatre sur vingt-quatre pour la germination), en revanche le basilic a pris un coup de chaud dans la mini-serre à semis et les graines tout juste levées ne sont plus. Ce n’est vraiment pas une réussite cette année…

J’ai également semé des choux (cabus, brocoli et _pak choi) en mottes pressées. Sur une mini-terrine à semis j’ai pu y mettre vingt-quatre mottes. J’ai utilisé pour cela du terreau à semis de jardinerie et de l’eau. Plus qu’à voir. En tout cas il est vrai que cela représente un gain de place, tout comme de terreau. Le vingt-et-un mai quatre pieds d’aubergines ont rejoint la terre sur une bande que j’avais légèrement amendé il y a un mois puis paillé avec de la fauche fraiche puis sèche. La terre est un peu humide et se manipule bien, un bon point !

Le dix-neuf mai la zone pour les tomates a été amendée et paillée, les tuteurs sont installés. Plus qu’à planter les tomates dans les jours qui viennent. Les fraisiers donnent tranquillement, les radis pointent déjà le bout de leur nez.

Cinq courgettes et six courges ont rejoint la mini-serre de semis, ainsi que du basilic et de l’origan. J’ai également commencé à créer une bande d’une dizaine de centimètres le long du cercle extérieur du potager pour y semer des mélanges de fleurs.
J’ai également créé deux parterres pour les fleurs mellifères au centre du potager, j’ai repris une planche de carottes pour y mettre de la poirée.
Le quatorze mai le carré potager a accueilli les semences de carottes de conservation, de radis de dix-huit jours (la récolte devrait ainsi correspondre avec la levée des carottes), ainsi que le plant d’oignon patate et des semis d’oignons Rossa Lunga Di Firenze. Un bon arrosage et il n’y a plus qu’à observer.

Dans ce dernier, ne perdant pas espoir d’y avoir des carottes j’essaie pour cette année une culture dans un carré surélevé, en récupérant quelques planches d’un ancien cabanon je suis arrivé à une hauteur de 40 centimètres. J’ai dans un premier temps coupé l’herbe, puis versé une brouette de compost, de la fauche fraiche sur cinq à dix centimètres et de la terre (provenant de l’ancien potager). On verra bien. L’après-midi j’ai profité d’une éclaircie pour faucher les alentours de l’ancien potager. J’y ai également semé cinq rangées d’un mètre de carottes. Le précédent propriétaire avait mélangé la terre avec du sable et les carottes s’y plaisent pour le moment mieux que dans le nouveau potager pas encore assez meuble.
Le treize mai je suis allé à la rencontre de la voisine d’un collègue, se lançant depuis quelques années dans la vente de plants locaux, bio et non hybridés. J’en ai donc profité pour acquérir deux pieds d’épinards fraises (les graines semées dans le potager n’avaient pas levé.), un pied de tomates bleues (Osu Blue), un basilic citron, un pied d’aubergine blanche ronde à oeufs ainsi qu’un oignon patate.

Le douze mai quelques fêves sont venus rejoindre le rang, ainsi que trois nouvelles graines de maïs. Celui précédemment semé pointe doucement le bout de son nez.

Le dix mai un peu de désherbage après ces quelques jours de chaleurs et de pluies, et plantation des pieds de courgettes qui avaient été laissés en godets (sept pieds). J’ai également retravaillé la terre des anciennes planches de carottes et graines d’oignons qui n’avaient pas pris et j’y ai installé blettes et céleris branches.

Le huit mai j’ai profité de deux jours de pluie pour retravailler la terre à la houe afin de la décompacter le plus possible. Un peu de désherbage et de fauche afin de remettre du paillage sur les pommes de terre.

Les pommes de terre se portent bien, je suis agréablement surpris par la puissance d’un simple paillage d’herbe. La terre est bien humide et les plants grandissent de jour en jour, sans le moindre arrosage. J’ai remarqué que le terreau que j’avais acheté pour les betteraves, les petits-pois ainsi que les carottes, s’avère être relativement sec et pauvre. Ceci explique certainement son petit prix.
Les betteraves sont également paillées, tout comme les framboisiers et les mûriers.
Le quatre mai j’ai désherbé les quelques adventices dans le potager, notamment du chardon des champs puis j’ai paillé les fraisiers et construit un petit bac autour avec quatre vieilles planches.

Sur une autre parcelle du terrain, j’expérimente un jardin d’andains. Je sème également dans le quart Sud-Ouest des épinards et dans le quart Nord-Est je sème directement en terre des graines de courgettes.
Proche du quart dédié à la milpa je place deux rangées de fèves (~10 graines).
Le maïs est semé, ainsi qu’un rang de haricots à râme sur une autre planche. Dès que le maïs fera une quinzaine de centimètre j’y mettrais à côté courges et haricots. Cette technique de culture s’appelle la milpa.
Le vingt-huit avril Les tomates sont tuteurées, d’ici deux semaines je pense qu’elles vont enfin pouvoir rejoindre le potager.

Les pommes de terre se portent bien, en douze jours quelques feuilles sont apparus. Je rajoute alors une dizaine de plants. En revanche déception pour les pieds de courgettes mis en terre. Seul un, bien à l’écart des autres, a survécu aux limaces.
Le vingt-quatre avril j’ai passé la houe en prévision du futur semis de maïs, haricots et courges. La terre était bien aérée, bien meuble.

En dix jours les améliorants du sol ont bien levés, je suis également bien surpris de la qualité d’aération du sol avec des simples passages à la houe en quelques mois. Je suis arrivé à obtenir une terre bien plus agréable à travailler. Je pense que cet automne/hivers je vais recouvrir l’intégralité du potager avec de la moutarde ou autre plantes à racines pivotantes pour pouvoir encore plus aérer la terre. Les pommes de terre sur gazon semblent s’y plaire, les germes ont triplé de hauteur. Près du centre j’ai crée un cercle de basilic.
Le vingt avril cinq pieds de courgettes préalablement semés en mini-serre intérerieur sont plantés. Trois d’entre eux ont été paillés avec du lin. Peut-être un peu tôt, nous verrons bien. Il en reste encore six à l’intérieur. Entre les pieds j’y ai semés des haricots, ainsi qu’un mélange de fleurs mélifères tout proche.

Les précédentes carottes, semés le vingt-sept mars n’ont toujours pas levé. La terre argileuse est peut-être trop lourde pour elles. Les nouvelles planches sont alors ensemencées puis recouvertes avec du terreau bien plus léger. Le dix-huit avril j’arrange une bande pour les betteraves, ainsi qu’une nouvelle zone pour les carottes d’été ainsi que celles d’hivers.

Le douze avril je me rends compte qu’il va être compliqué niveau temps/température/motivation de bien préparer la zone devant recevoir les pommes de terre. Après quelques recherches je me fixe sur une culture sur gazon.

J’ai également semé un mélange de plantes améliorantes du sol sur une bande pour voir si cela est bénéfique pour les futures cultures de maïs, courge, haricots/fèves. Le dix avril les fraisiers sont plantés, la menthe à côté. Les plants commençaient à faire un peu la tronche dans la maison. Un jour plus tard ils ont repris des forces, tout beaux qu’ils sont.

Le cinq avril je trouve le temps de m’y remettre un peu. Une préparation rapide d’une planche accueillant les fraises sur le quart Nord-Est, près du centre. Six pieds au total.

J’ai également préparé des semis de courgettes (vertes, jaunes, rondes) ainsi que des aubergines (blanches, rondes, striées). Le vingt-neuf mars j’ai repiqué les semis de tomates dans des godets, plus d’espace, meilleure pousse.

Le vingt-sept mars j’ai passé la houe en surface sur le quart Sud-Ouest. Un passage léger, en surface pour éliminer les derniers advantices. Un peu feuilles sèches broyées grossièrement à la main, un peu de fumier et hop une petite planche d’oignons près du centre ainsi qu’une planche de quatre-vingts centimètres sur cinquante. Deux rangées de carottes d’été.

Le seize mars j’ai construit la serre sous châssis en exploitant un ancien poulailler qui ne servait à rien. Après un peu de nettoyage, l’arrachage du toit, l’installation d’une plaque au tiers supérieur et la création d’un châssis en polycarbonate, la serre est prête à accueillir ses premiers semis.

# Récolte 2023

Courgettes (50) Betteraves (6) Tomates (136) Aubergines (9)
Dix-sept rondes Six rondes Quatorze bleues Cinq de Florence
Seize jaunes Dix-huit zebrées Une noire
Quinze vertes Vingt-neuf rouges Trois blanches
Soixante dix-huit cerises