Pong Musical: Tedeshi Trucks Band / Trey Anastasio – Layla Revisited

Ouahhh !! Alors là il s’est passé un truc : j’étais persuadé que c’était au fan de la bise (pas celle avec les lèvres, non, celle qui souffle l’hiver et ne l’empêche pas de sortir voir comment se porte son jardin) de Pinguer, et non à moi de Ponguer ! Alors, très patiemment j’attendais… Avec de plus en plus d’impatience. Mais je me disais qu’il devait être en train d’écrire ou de lire ou d’écouter ou de jouer guitare ou oud… Et ben non, c’était à moi de plumer, ou prendre la plume si vous préférez, pour répondre à son Phish des familles !!

Bon, Phish, j’avais déjà entendu parler à une époque où je me promenais dans la (vaste, très vaste) discographie de Widespread Panic, j’avais même jeté une oreille inattentive, et puis…. Et puis, rien. Bon, pas la peine de prendre des grands airs indignés, incrédules, voire plein d’autres mots qui commencent par in.. Quand vous aurez atteint la moitié de mon âge canonique, que vous commencerez à prendre des airs de grand sage à la culture immense, et ben au fond de vous vous réaliserez que vous avez négligé, voire moqué, des kilotonnes de musiciens à tord, simplement par inattention, préjugés ou parce que vous n’avez pas rencontré les bonnes personnes, celles qui vous font découvrir des petites merveilles au bord de votre chemin. C’est la vie. C’est comme ça. Enfin c’est ma vie, et c’est comme ça pour moi. On peut pas regarder des deux côtés du chemin en même temps, ou alors c’est que vous avez un fort strabisme divergent, mais souvent quand on découvre une pépite à la gauche du chemin, et comme on continue d’avancer, et ben on peu rater un joli caillou sur la droite… Si vous voyez ce que je veux dire. Heureusement qu’il y a quelqu’un pour vous parler de Phish..

Phish : ça commence tranquille, bien équilibré, cool, et puis arrive la guitare malaxée à la sauce wha-wha, la basse vient dire qu’elle n’est pas là pour faire de la figuration, et au bout du premier morceau tu sais que c’est une bonne pioche. Parce que les morceaux suivants seront tout aussi bons. Musicalement c’est riche et varié, on peut écouter plusieurs fois il y a encore à découvrir. Et pour terminer dans la veine halieutique je peux dire que j’ai mordu à l’hameçon…

Mon Pong est arrivé tout naturellement : un live du Tedeschi Trucks Band avec en invité….Trey Anastasio ! Et si le gars s’est déplacé c’est pas pour un petit solo placé sur un titre quelconque, que nenni, non non, c’est pour s’amuser à jouer tout l’album Layla, de Derek And The Dominos, alias Eric Clapton avec Duane Allman en face de lui. Et du jeu il y en a. Sur scène quatre guitaristes ; Trey Anastasio, Doyle Bramhall II, Susan Tedeschi et l’immense Derek Trucks, roi de la Slide. Deux batteries. Basse, claviers, cuivres, chœurs, dont l’envoûtante Alecia Chakour et l’immense Mike Mattison, dont la voix feutrée/cassée unique est un enchantement. Il alterne avec Susan Tedeschi l’interprétation de ces quatorze morceaux qui vont vous emmener bien haut… Bon, on peut se dire que quatre guitaristes, deux batteries, basse, claviers, cuivres et chœurs ça va être un peu le bazar phonétique : et ben non… C’est d’une légèreté rare, pourtant les duels de guitare sont épiques !

Mais petit rappel historique : en ce tout début des années 70 Clapton est un peu à la dérive, voulant fuir un starsystem qui l’étouffe, commercialement il fait n’importe quoi (par exemple se présenter comme simple membre de Derek And The Dominos). Malade d’amour pour la compagne de son ami Georges Harrison (celle qui se cache sous le nom de Layla…) il est aussi malade d’amour de l’héroïne et autres toxiques. Heureusement pour nous sa rencontre avec Duane Allman, petit génie de la slide, va le tirer vers des sommets guitaristiques et nous donner un double album dont le malheur est de contenir le cultissime morceau Layla, ce qui aura pour conséquence d’éclipser les treize autres morceaux… Pourtant il y a de quoi se régaler de nombreuses fois avec des morceaux d’une puissance rare.

Et puis arriva Derek Trucks dont le prénom est un hommage au Derek de Derek And The Dominos. Derek Trucks qui vénère un guitariste qui s’appelle Duane Allman. Qui joue de la Slide sur une même Gibson SG rouge. Qui est un des deux guitariste de feu Allman Brothers Band, maintenant appelé The Brothers depuis la mort de Greg Allman. Derek Trucks fan de cet Album nommé Layla And Others Assorted Songs.

Et puis un jour le Tedeschi Trucks Band a dû se dire : Et pourquoi pas ? Et puis se dire aussi on va inviter deux potes ; Doyle Bramhall II , seconde rythmique pour épauler celle de Susan et puis Trey Anastasio pour chanter, pleurer, geindre, crier à deux lead guitares. Et jouer tout ça à l’air libre… Et nous voilà avec un superbe album hommage-reprise entre les oreilles. On passe de une heure seize à une heure trente sept parce que les garçons et filles aiment jouer ensemble.

Bon, comme j’ai beaucoup tardé à Ponguer, je vais m’arrêter là pour que vous puissiez vous précipiter sur cet album…

Bonne écoute.